Bioarchive

2.3 Villa Garnier (Bordighera)

Contact +390184261833

villa-garnier-post-card-1903Le principal architecte européen de la fin du 19° siècle, le français Charles Garnier, fait partie du monde cosmopolite des touristes qui fréquentent alors les stations de villégiature de la Riviera franco-italienne. Comme la plupart de ces touristes, Charles Garnier s'est installé à Bordighera pour les vertus que la médecine de l'époque prétait à son climat, censé soigner la tuberculose dont était atteint son fils. Il allait toutefois jouer un rôle particulier dans la conservation du paysage de la palmeraie historique, où il fit construire sa villa au milieu du couvert végétal originel de palmier dattiers. Il s'agissait à cette époque d'une centaine de jardins privés destinés à la production de feuilles de palmiers pour les fêtes rituelles de la diaspora juive européenne. Garnier collabora dans cette entreprise avec deux autres résidents étrangers, le paysagiste allemand Ludwig Winter et le philanthrope franco-hollandais Raphael Bischoffsheim.
 
villa-garnier-busteCHARLES GARNIER (1825-1898)
Au fait de sa gloire quand il s'installe sur la Côte d'Azur, l'architecte de l'Opéra de Paris fit constuire dans la région frontalière nombre de villas d’exception dont Eileen Roc à Antibes et Maria Serena à Menton, et surtout le Casino de Monte Carlo. Sa villa de Bordighera se singularise par une composition architecturale largement ouverte sur le paysage, avec sa tour belvédère, ses loggias et ses terrasses panoramiques dominant la mer. Elle est de nos jours ouverte au public et propose même un hébergement hôtelier. Le jardin qui l'entoure vient d'être réhabilité, et notamment son palmetum enrichi de nouvelles espèces visant à reconstituer la collection originelle.
 
monet-1884-villas-at-bordighera-04RAPHAEL BISCHOFFSHEIM (1823-1906)
Charles GARNIER était très lié à Raphael Bischoffshem, un mécène français originaire d’une famille juive hollandaise, pour qui il avait bâti une villa similaire à la sienne à Bordighera, aujourd'hui dénommée Villa Etelinda. Garnier et & Bischoffsheim ont par ailleurs réalisé ensemble l’Observatoire Astronomique de Nice, auquel a aussi collaboré Gustave Eiffel, une architecture scientifique de premier plan qui devait originellement être bâtie à Bordighera. Bischoffsheim avait alors soutenu (voire impulsé) la construction des principaux observatoires astronomiques français (du Puy de Dôme, du Mont Ventoux, du Pic du Midi de Bigorre, de Paris et du Mont Blanc). Pour des raisons qui demeurent obscures, la municipalité de Bordighera refusa ce projet, et Bischoffsheim n’habita pratiquement pas sa villa, qu’il mit en location puis en vente. Il se transféra dans les années suivantes à Nice, après avoir obtenu la nationalité française, et c’est dans la capitale azuréenne qu’il réalisa avec Garnier son projet d’Observatoire Astronomique. Omniprésente dans l'iconographie, la villa Etelinda et ses nombreux palmiers ont été dépeints par Monet dans la suite de tableaux intitués "Les Villas à Bordighera", dont l'un des 4 exemplaires est conservé au Musée d'Orsay à Paris. C'est le paysagiste Ludovic Winter qui a réalisé le vaste jardin de palmiers qui entoure la Villa.
 
villa-garnier-sentiersLE JARDIN & SON PALMETUM
Illustration: les sentiers de Garnier, situés sur la partie du site aujourd'hui abandonnée, actuellement menacés de disparition.
Charles Garnier confia au paysagiste Ludwig Winter l’édification du jardin de sa Villa, lequel  abritait des centaines de plantes exotiques installées au milieu d’espèces locales comme les oliviers, les palmiers, les figuiers ou les citronniers. Ce jardin botanique, récemment réhabilité, est dominé par le bleu intense de la mer et la blancheur immaculée de la Villa et de sa tour panoramique. Au fil des saisons, les floraisons ininterrompues déclinent ici une symphonie permanente de couleurs. Le jardin offre une belle collection de plantes rares dans ce cadre spectaculaire. De la palmeraie originelle, il reste une centaine de palmiers-dattiers et un palmetum en cours de diversification.
 
ICONOGRAPHIE
 

Comments are closed.