Bioarchive

4.Diadromi-itinéraires

Migrations & échanges culturels: Recherches socio-économiques
 
Ill. les grandes routes commerciales terrestres et maritimes dans l'Europe médiévale
 
Le monde méditerranéen apparait dès l'Antiquité comme une unité territoriale dotée d’une indiscutable homogénéité, celle de l’œkoumène des Grecs. Il s’agit effectivement à cette époque d’un monde fortement connecté, avec ses réseaux de routes terrestres et maritimes qui irriguent et mettent en contact plusieurs continents. Ces itinéraires remontent au néolithique, à l’époque où les peuples de chasseurs cueilleurs se sédentarisent et donnent naissance aux grandes civilisations antiques. Cette thématique interculturelle est développée ici autour de l’étude des grands échanges commerciaux, comme le pastoralisme et la Route du Sel, ou encore l'industrie minière et le commerce de ses productions. Les sujets abordés ici traitent aussi de l’histoire de la navigation, de celle des migrations ainsi que de celle des frontières, et notamment de leur impact contemporain sur les représentations des territoires et des identités qui leur sont liées. Elles interrogent à ce sujet l’actualité d’une civilisation en déshérence qui se métamorphose sous nos yeux.
 
SOMMAIRE
 
4.1 La route du sel. Une reconstitution historique de la Route du Sel a traversé il y a quelques années les montagnes des Alpes du Sud, de Nice à Cuneo. Le sel était un  produit vital pour l’économie à dominante pastorale de l’ancien Etat de Savoie, et plus particulièrement pour sa province niçoise. Aux besoins traditionnels de la montagne, son commerce associait les produits de la mer et du moyen-pays méditerranéen. Les chemins du sel était ainsi en effet les mêmes que ceux des transhumances, menant chaque été les troupeaux de la Provence et de l'Italie vers les pâturages des alpes voisines. Outre l'élevage ovin et la production fromagère, le sel entrait aussi dans la production des salaisons. A base d'olive, porc ou poisson, elles étaient l'une des grandes ressources économiques de toute la région. Par sa grande diffusion et ses multiples usages, le sel était enfin une véritable monnaie d'échange pour l’ensemble des productions agricoles et artisanales de la montagne méridionale des Alpes. 
En savoir plus: la-route-du-sel 
*Nice & Savoie : une civilisation du sel? (dossier en préparation)
 
4.2 Frontières & migrations. L’Histoire ne s’écrit pas seulement dans les livres. Elle s’inscrit aussi dans les lieux, les objets et les hommes, ou encore dans l’art, qui la transcende. Présentée à Cannes en 2007, cette exposition se proposait d’illustrer les difficultés du métier d’historien, autour de la présentation de recherches inédites portant sur la question juive sur la Côte d’Azur pendant la seconde guerre mondiale. Tombée dans l’oubli et la mauvaise conscience, l’histoire de cette période tourmentée remonte à la promulgation, par le régime fasciste de Mussolini, des lois raciales qui conduisirent à l’expulsion vers la France des Juifs réfugiés en Italie. On y découvre des fragments de vies brisées, des espoirs volés et toutes ces petites lâchetés et solidarités quotidiennes qui participent à l’écriture de l’Histoire. La fragilité de ces témoignages n’est pas sans poser bien des questions, et notamment celle de la validité des interprétations qui prétendent fonder la mémoire. Elles nous interrogent aussi sur l’actualité des migrations dans ces mêmes régions et sur la pérennité des frontières dont elles semblent attester.
En savoir plus : Ombre di Confine
*L’émigration clandestine des Juifs de la Riviera italienne vers la Côte d’Azur française.
 
4.3 Pêcheurs & marins. Héritage méconnu des débuts du néolithique, la navigation connut ses plus grands développements dans l’Antiquité, avec des innovations majeures en matière de construction navale, de voilure ou encore de l’armement des navires. Les Grecs étaient alors en concurrence avec les Phéniciens pour le contrôle des routes maritimes qui parcouraient la Méditerranée. Il existait alors trois principaux types de navires, ceux destinés à la guerre, les vaisseaux de commerce et d’innombrables petites embarcations destinées à la pêche ou au commerce local. C’est à cette même époque, vers le milieu du VIe siècle BC, que l’on rapporte l’essor de la science géographique. Il est largement redevable des développements de la navigation et notamment de la fondation de l'empire d'Alexandre et de l’expansion que connaît alors la civilisation grecque. Depuis cette date et jusqu’à nos jours, l’histoire de la navigation (et plus discrètement celle de la pêche), occupent une place majeure dans l’histoire des civilisations mais aussi dans celle de l’imaginaire collectif.
En savoir plus ici: navigation
*Les fêtes de la mer.