7.Identités professionnelles

Identités professionnelles et cultures d’entreprises

par Robert Castellana

Illustration: usine d'extraction de parfums à Grasse

Nos recherches en matière de sociologie des organisations portent plus particulièrement sur les identités professionnelles et les cultures d’entreprises. Au travers d’études de cas et de collaborations avec des organismes de formation professionnelle, nous avons eu l’occasion de découvrir la réalité quotidienne d’un grand nombre de métiers des plus divers. Nous sommes ainsi intervenus à ce jour dans quelques 2000 entreprises. Si les identités professionnelles ont attiré toute notre attention, c’est du fait qu’elles ont été, jusqu’à l’époque de la révolution industrielle, l’un des principaux vecteurs de la transmission des modèles sociaux et des sentiments d’appartenance collective. Les évolutions contemporaines de nos sociétés posent de nombreuses questions sur le devenir ce modèle de régulation sociale face à l’apparition massive de nouveaux métiers et de nouvelles organisations du travail.

SOMMAIRE DES PUBLICATIONS

7.1 Identités professionnelles. Le métier que l’on exerce joue un rôle central dans notre vie individuelle comme dans la vie sociale en général. Il nécessite à la fois l’acquisition de compétences et de savoir-faire ainsi que la participation à un collectif. C’est cet ensemble que l’on désigne sous le terme d’identité professionnelle. Ces identités sont entrées en crise de nos jours avec la remise en cause permanente des métiers, des techniques et des parcours dans le contexte de la mondialisation. Ces évolutions ont engendré paradoxalement, dans un même mouvement, un grand développement de la précarité ainsi que des évolutions importantes en matière de droit du travail. Elles posent de nombreuses questions sur la permanence de ce modèle de régulation sociale face à l’apparition massive de nouveaux métiers et de nouvelles organisations du travail.

Publication. Fragrances D’azur. De l’odeur au parfum, Fragrances of the french Riviera. From aroma to perfume, Nice, Alandis, 2004, 125p. Bilingue français-anglais, Trad. MASSE L. [2me partie]. Abstract. Qu'est-il de plus mystérieux qu'un parfum et le monde qui l'entoure ? De l'antiquité au Moyen Age, courtiers et marchands abusèrent jusqu'aux naturalistes sur l'origine des matières précieuses utilisées pour la parfumerie. Les secrets d'un parfum sont en effet, comme pour un vin ou une cuisine régionale, les secrets d'un terroir et des acteurs dépositaires d'un ensemble de savoir-faire hautement spécialisés. Rose, jasmin et fleur d'oranger furent incontestablement les premiers ambassadeurs de la parfumerie. Ils ont été considérés à juste titre, depuis l'antiquité, comme des modèles d'équilibre et d'harmonie en matière de compositions parfumées. A côté de ces parfums de légende, c'est l'ensemble de la subtile palette florale du parfumeur qui est décrite ici. Les procédés de production, l'analyse des constituants d'un parfum et les techniques de sa composition sont aussi mis à contribution, au terme d'une enquête ancrée dans un terroir, ses métiers, ses pratiques et ses savoir-faire. Lien

Publication. Cultures et agricultures. Publications en ligne relatives à l’histoire de l’industrie azuréenne de la parfumerie. Abstract. Les recherches présentées ici traitent de l’impact de l'industrie grassoise de la parfumerie et de ses savoir-faire agricoles, industriels, techniques et scientifiques sur l’ensemble de la région. Elles abordent aussi l’histoire et l’actualité des métiers de la floricultureLien

7.2 Cultures d’entreprises. La sociologie du travail s’attache plus particulièrement au contexte dans lequel se construisent les identités professionnelles, et notamment à l’impact de l'appartenance à une organisation sur les représentations que s’en font ses acteurs. La notion de culture d’entreprise est souvent considérée en sociologie comme une réponse aux mutations économiques des sociétés contemporaines. Elle apporte en effet un avantage concurrentiel aux organisations, leur permettant de se différencier de leurs concurrents tout en cherchant à développer auprès des salariés un sentiment d’appartenance, donc de motivation. Il faut pour cela que s’établisse dans l’entreprise un consensus relatif à son histoire, ses valeurs et ses symboles. Or l’histoire du monde ouvrier est loin d’être consensuelle. On a récemment vu émerger dans ce domaine ce que l’on nomme les retours d’expériences et les bonnes pratiques. Elles sont le plus souvent issues du dialogue entre les organisations patronales et syndicales et de la régulation exercée par les pouvoirs publics.  Lien 

Publication. Tourisme, ressources et développement, au travers de l'exemple de la Côte d'Azur et de la palmeraie de Bordighera. [Texte révisé de la communication présentée lors du 1° Congreso Internacional Oasis y Turismo Sostenible, « La cultura del’oasis », Elche, Espagne, décembre 2006]. Abstract. Cette communication met en parallèle trois régions où le tourisme moderne a vu le jour. Elle vise à comprendre les modalités qui ont donné naissance à une culture d’entreprise devenue universelle. Avec l’essor de la villégiature, ces régions ont connu un destin commun mais des développements inégaux, faisant suite à leur appartenance à des pays différents. On s’est plus particulièrement attaché ici à une étude comparative du modèle urbanistique de la villégiature et à son impact sur le développement du secteur. Notre approche repose sur une typologie fonctionnelle, mettant en compétition tourisme, industrie et agriculture dans l’emploi des ressources, naturelles et humaines. De ce point de vue, les infrastructures requises par la villégiature climatique et par ses agréments se caractérisent avant tout par l’ampleur des aménagements mis en œuvre. Lien

Publication. Riviera française & italienne : similitudes et différences. Une histoire comparative des rivieras française et ligure. Journées d’études internationales 16 et 17 octobre 2019 Nice et Bordighera  (en cours de publication). Abstract. Sur la Côte d’Azur, deux siècles d’histoire du tourisme donnent  suffisamment de recul pour évaluer l’impact des infrastructures élaborées à cette époque sur le développement de l’ensemble du secteur. Ce colloque aborde plus particulièrement les origines de l’hôtellerie de palaces et de ses métiers. Les infrastructures concernées se caractérisent en effet par l’ampleur des aménagements mis en œuvre avec une emprise foncière considérable, allant des installations balnéaires et sportives des  hôtels  et  palaces,  en  passant  par  les  villas  et  leurs  jardins,  les  églises  et  les cimetières, les casinos et les clubs, ainsi que les promenades et les avenues qui desservent les nouveaux quartiers, sans oublier les innombrables commerces. Lien (en cours)

Publication. Bonnes pratiques de piégeage à destination des collectivités territoriales. Compte-rendu du Groupe de travail Riviera Gardens, Fredon Corse & SNP. 4° Rencontre Principauté de Monaco, SNP ed., 26/11/2019, 20p. Abstract Le piégeage du charançon rouge des palmiers fait désormais partie des techniques de lutte préconisées par l’ANSES et recommandées par le Ministère dans le récent Arrêté du 25 juin 2019. Ce document cherche à rendre compte des expériences pionnières, mises en œuvre depuis 4 ans sur la Riviera franco-italienne et en Corse par un réseau de jardins botaniques, associations & collectivités territoriales. La méthodologie adoptée pour sa rédaction a été la suivante : i) bilan des remontées du réseau et de ses partenaires, sous la forme de fiches récapitulatives  ii) synthèse thématique des retours d’expériences et des protocoles iii) élaboration d’un guide de bonnes pratiques à destination des collectivités territoriales sous la forme "questions-réponses". Lien

7.3 Sociologie du travail et corporatisme. Jusqu’à l’époque de la révolution industrielle, les identités professionnelles se transmettaient de père en fils dans un cadre corporatiste. La post-modernité a inventé de nouveaux modes de transmission avec le développement massif de la scolarisation, de la formation et de l’apprentissage. Au-delà de la promotion sociale, elle a aussi généré de profondes mutations se traduisant par des licenciements et des reconversions qui ont redéfini en profondeur les économies contemporaines. La transmission des techniques et des savoir-faire est d’autant plus centrale de ce point de vue du fait de leur complexification. De nouvelles compétences accompagnent ainsi l’évolution des techniques, avec des procédures et des normes de sécurité, des remaniements organisationnels ou managériaux ou encore des évolutions du droit du travail. L’exode rural vers les villes et l’immigration de travail constituent un autre paramètre important dans ces mutations, de par leur impact en matière d’intégration et d’appartenance à une collectivité. Le corporatisme, le communautarisme, le syndicalisme et le domaine de la démocratie sociale représentent les principaux domaines de ces évolutions sur lesquels portent nos recherches.

Métiers & Corporations. Nos recherches se sont attachées aux fondements sociologiques du concept de corporation, avec une thématique d'enquêtes et d'expositions ancrée dans le domaine des Traditions Populaires. Elles ont vu le jour grâce au soutien actif du Musée de Moyenne Provence et à la collaboration de nombreux chercheurs et universitaires. Deux importantes expositions ont eu lieu dans ce cadre, ainsi qu’une série de publications consacrées aux régions situées aux confins des grands ensembles culturels du Piémont, de Provence, de Corse et de Ligurie. Le riche corpus des traditions populaires donne un accès privilégié au domaine des métiers, des techniques et des corporations. A partir d’études de cas et de terrain, nos recherches montrent l’importance des identités professionnelles comme vecteur de la transmission des modèles sociaux et des sentiments d’appartenance collective. Lien

Le sel et l'industrie minière. Le commerce du sel remonte à la préhistoire. Il se rattache aux origines des industries minières, dont l'importance a joué un rôle majeur dans l'histoire des civilisations. En 1999, une reconstitution historique de la Route du Sel a traversé à notre initiative les montagnes des Alpes du Sud, de Nice en Provence à Cuneo au Piémont. Un navire chargé de sel a tout d'abord débarqué dans le port franc de Villefranche. Sa cargaison a été transférée aux muletiers et charretiers qui allaient la transporter vers les plaines du Piémont italien. Une exposition itinérante a ensuite présenté de villages en villages l'importance tenue par le commerce du sel dans l'histoire des Alpes du Sud, accompagnée de concerts, de spectacles et de démonstrations des métiers traditionnels. Lien

7.4 Hazard analysis. L’évaluation des risques (hazard analysis) concerne l’analyse des modalités d’exposition à des dangers de toute nature. Elle a accompagné l’émergence de cultures d’entreprises en matière de sécurité, dont le développement est très inégal selon les branches d’activité concernées. Cette culture de la sécurité déborde par ailleurs du seul domaine de l’entreprise. Ces évolutions ont conduit plusieurs sociologues à penser que la société de classes a laissé la place à une société où la gestion du risque devient un enjeu central dans les interactions sociales. Le référent représente une figure emblématique de ces évolutions. Il concerne désormais de nombreux domaines d’activités, allant de professionnels, d’experts et de consultants à des mutations des formes traditionnelles de représentation des salariés. Son émergence laisse penser qu’il pourrait être lié à l’affaiblissement des identités professionnelles, auxquelles il apporterait une nouvelle légitimité. Le référent possède en effet le savoir-faire, la compétence et l’expérience qui caractérisent ces mêmes identités.

Publication. Analyse du risque de chute sur la voie publique lié à l’infestation de palmiers dattiers  (phoenix dactylifera) par rhynchophorus ferrugineus. PRINCEPS Vol.2-3 2016-2017. Abstract. La fin de l'année 2016 a vu une importante série de chutes de palmiers sur la voie publique dans diverses communes de la Riviera franco-italienne, avec 11 évènements recensés en 3 mois, soit une moyenne d’une chute par semaine. De tels d’accidents avaient déjà été relevés à plusieurs reprises en Espagne et en Italie où un décès a été recensé. Etablie sur un important échantillon, la cartographie de ce risque nous a permis de décrire  3 facteurs d’exposition notables : la fréquentation du lieu, l’âge avancé de nombreux spécimens et la localisation de l’infestation. Ces facteurs d’exposition doivent par ailleurs être majorés lors de l’annonce de forts épisodes venteux. Cette démarche d’évaluation a permis de proposer l’élaboration de bonnes pratiques en matière de lutte intégrée (Integrated Pest Management). Lien

1.5 Commerce et urbanité. Les villes concentrent désormais l'essentiel de la population de la planète. Institutions centrales de l’espace urbain, les commerces illustrent plus particulièrement la fonction sociale de l’urbanité en permettant aux acteurs de s'insérer dans des réseaux plus vastes. La présence de commerces joue ainsi un rôle de différenciation sociologique entre banlieues résidentielles et zones agricoles (dont ils sont absents), et les espaces urbains (villes et villages ainsi que zones commerciales). Leur présence entraîne en effet des formes spécifiques de sociabilité, de quartier au niveau des commerces de première nécessité mais aussi un marquage de type identitaire, patrimonial et communautaire au niveau des centres villes et plus récemment des zones commerciales situées en périphérie. Au travers de leur présence visuelle dans l’espace public, les commerces jouent plus particulièrement un rôle central dans l’identité de l’espace urbain. Cette présence repose sur plusieurs éléments, les enseignes, les devantures et les étals et vitrines. Offrant un mélange de mots et d’images, voire d’objets, les façades des commerces forment en effet un langage original qui ponctue l’espace de la ville et en différencie les quartiers.

Publications à venir 

Essai de typologie du commerce en milieu urbain. En tant qu’espace privé ayant pour vocation d’être ouvert au public, le commerce représente l’un des lieux principaux de transition entre ces deux sphères centrales de la vie sociale. Cette dimension de sociabilité du commerce remonte à une très haute antiquité. Ses formes modernes impactent toujours les sociétés contemporaines dans un nouveau contexte, celui de la mondialisation. L’anthropologue Abraham Moles estimait à ce propos que tout espace social possède un double caractère, à la fois sociofuge et sociopète. Cette double dimension permettrait selon lui de favoriser le contact entre les individus tout en maintenant les distances entre les groupes sociaux. Lien

Industrial Archeology. La durée de vie d’une entreprise est courte, quelques décennies en règle générale. L'archéologie industrielle s’attache principalement à l'étude, à l'inventaire, à la mise en valeur et à la préservation de sites et d'installations relevant principalement des domaines de l'artisanat, de l'industrie ou des transports. Cette discipline scientifique a vu le jour dans la seconde moitié du XXème siècle au Royaume Uni. Elle concerne l'étude du patrimoine industriel au travers de recherches d'archives, d’enquêtes de terrain et de fouilles de sites modernes. Si l'archéologie industrielle privilégie les vestiges matériels, elle s’intéresse aussi au monde du travail en ce qui concerne le contexte social de l’histoire des techniques. Elle entretient ainsi des liens avec l'histoire de l'architecture, avec l'ethnologie ainsi que l'histoire économique et culturelle dans son ensemble. Nous nous intéressons plus particulièrement à l’apport de cette discipline à la compréhension des évolutions contemporaines des identités professionnelles et de cultures d’entreprises. 

Anomie et contrôle social. Les identités professionnelles débordent des seuls savoir-faire. Elles représentent aussi un capital de ressources symboliques reposant sur des normes, des procédures et des statuts. Elles concernent en cela les relations de pouvoir au sein de l’entreprise. Le concept d’anomie est défini par l’apparition de relations sociales se distinguant de ces systèmes normatifs. La pyramide des besoins est une théorie explicative qui comporte 5 niveaux de besoins hiérarchisés, physiologiques, sécuritaires, d'appartenance, d'estime et d'accomplissement, chacun étant atteint par étapes successives. La sociologie distingue aussi, dans le même esprit, 5 grands modes d'adaptation face aux normes sociales, le conformisme, le ritualisme, l'évasion, la rébellion et l'innovation. Dans ces typologies, le déviant est défini comme celui qui ne respecte pas ces normes. La déviance pourrait provenir d’un manque d’intégration, par exemple une opposition entre plusieurs cultures, de formes de stigmatisation ou encore d’un détournement des règles sociales. Nous nous intéressons plus spécifiquement aux graves désordres sociaux ou individuels auxquels l’anomie peut conduire avec des pathologies allant jusqu’au suicide. 

Travail prescrit / travail réel. L’organisation du travail a récemment été appréhendée par la sociologie comme opposant l’organisation formelle (le travail prescrit) à la réalité informelle des comportements de ses acteurs (le travail réel). Dans cette optique, l’organisation formelle reposerait sur la relation hiérarchique, laquelle impose des objectifs et des procédures fondés sur des fonctions renvoyant à des compétences. L’organisation informelle représenterait quant à elle la marge de manœuvre (et donc les moyens) dont disposent ses acteurs. L’analyse des comportements des acteurs relève dans cette perspective de divers facteurs, dont la recherche d’un intérêt personnel mais aussi des relations souvent conflictuelles existant à l’intérieur d’un collectif de travail. La sociologie des organisations cherche à dépasser ce dualisme avec la prise en compte des écarts entre travail prescrit et travail réel, combinant problématiques individuelles et dysfonctionnements organisationnels. Ces écarts sont aux sources de nos recherches dans ce domaine. 

L’ergonomie organisationnelle. Issu du grec ergon (travail) et nomos (lois), le terme d’ergonomie pourrait être traduit par la connaissance des lois du travail. L’Association Internationale d’Ergonomie la définit de son côté comme une "discipline scientifique qui vise la compréhension fondamentale des interactions entre les êtres humains et les autres composantes d’un système, et la mise en œuvre dans la conception de théories, de principes, de méthodes et des données pertinentes afin d’améliorer le bien-être des hommes et l’efficacité globale des systèmes". Cette discipline, qui met l’homme au centre de la situation de travail, s’est attachée à l’origine aux rapports entre la machine avec son environnement humain. Nos recherches sociologiques portent sur le caractère dit systémique ou organisationnel de cette approche dans les évolutions des identités professionnelles et dans la dimension managériale des cultures d’entreprise.