Bioarchive

6.2 Cannaies & zones humides

Theophrasti Golkoy TurkeyLa végétation des vallons méditerranéens
Illustration: la palmeraie de Golkoy (Turquie) avec l'association de Phoenix theophrasti et de Aurundo donax
Abstract. Le littoral méditerranéen se caractérise par la présence de nombreuses zones humides, le plus souvent liées à la présence de torrents et à la résurgence des nappes phréatiques issues des reliefs avoisinants. Ces écosystèmes abritent une agro-biodiversité exceptionnelle. Arundo donax est une graminée caractéristique de ces régions littorales méditerranéennes. Sa présence pourrait remonter à l’époque romaine, voire plus loin dans le temps, car son origine exacte est inconnue. Elle se situe quelque part entre l’Asie tropicale et le bassin méditerranéen, où elle est fortement ancrée dans la toponymie, avec les lieux dits Cannes, Cannet, La Cannaie, etc. Il s’agit par ailleurs d’une espèce invasive, dont la diffusion est vraisemblablement d’origine anthropique. La canne est en effet un produit de grand intérêt dans l’agriculture traditionnelle méditerranéenne. Son habitat naturel est aussi celui du palmier endémique méditerranéen, Phoenix theophrasti. Notre enquête a porté principalement sur les régions de la Côte d’Azur française et de la Riviera italienne, des îles grecques et des côtes turques, où se trouvent de fortes survivances de l’agriculture de cannaie et de l’industrie liée à ses sous-produits.
Citer cet article: CASTELLANA R. (CRP-France) 2014. L’agriculture de cannaie en Méditerranée. Enquête ethnobotanique sur la domestication d’Arundo Donax
 
SOMMAIRE
1. CARACTERISATION : IDENTIFICATION, HABITAT ET REPARTITION
2. OBJET DE L’ETUDE : L’AGRICULTURE DE CANNAIE
3. LES SOUS-PRODUITS DE LA CANNAIE
4. BIBLIOGRAPHIE
 
1. CARACTERISATION : IDENTIFICATION, HABITAT ET REPARTITION
Ill. la Canne de Provence (Arundo donax) illustration extraite de Otto Wilhelm Thomé, Flore d'Allemagne, Autriche et Suisse, 1885
Description botanique
Aurundo donax peut atteindre une hauteur allant jusqu’à 6 m suivant les conditions et les variétés.
Type d'inflorescence : panicule d'épillets
Répartition des sexes : hermaphrodite (étamines et pistil)
Type de pollinisation : anémogame (par le vent)
Période de floraison : septembre à octobre
Type de fruit : caryopse (fruit sec typique des graminées)
Mode de dissémination : anémochore (par le vent)
Classification phylogénétique
Arundo donax est une plante herbacée de la famille des Poaceae, (Sous-famille Arundinoideae, Tribu Arundinae). Des investigations sont en cours afin de rendre compte de la réalité de ce genre encore largement méconnu. Elles révèlent une grande diversité extrêmement menacée. 238 taxons d’Arundo ont été décrits à ce jour. Ils sont pour le moment regroupés en 5 espèces :
1) Arundo donax L., la canne de Provence, une eurasiatique invasive en zones sub-tropicales.
2) Arundo formosana Hack., la canne de Formose, une endémique de Taïwan;
3) Arundo plinii Turra, la canne de Pline, un taxon circum-Méditerranéen récemment revisité comme italo-balkanique, au sein d'un complexe d’espèces cryptiques à redéfinir dont:
4) Arundo donaciformis, une canne endémique de Provence et de Ligurie;
5) Arundo micrantha Lam., un taxon circum-méditerranéen.
Habitat et répartition
Dans le monde méditerranéen, l'habitat naturel d’Aurundo donax a été profondément impacté par l'intervention humaine. Les rares zones humides où cette espèce prolifère sont en effet particulièrement propices à l'agriculture. L'anthropisation n'a pas forcément conduit à son éradication. Elle a plus vraisemblablement impulsé sa diffusion, du fait de la grande utilité de cette plante, notamment en tant qu'ombrage et coupe-vent, ainsi que pour ses multiples emplois dans diverses sortes d'artisanats.
 
2. OBJET DE L’ETUDE : L’AGRICULTURE DE CANNAIE
 
Notre enquête a porté principalement sur les régions de la Côte d’Azur française et de la Riviera italienne, des îles grecques et des côtes turques, où se trouvent de fortes survivances de l’agriculture de cannaie et de l’industrie liée à ses sous-produits.
 
De la toponymie à l’agriculture de cannaie
La canne est omniprésente sur le littoral méditerranéen. Il s’agit en apparence d’une mauvaise herbe, du fait qu’elle ne fait pas l’objet de soins culturaux particuliers ainsi que de son caractère invasif. L’idée de l’existence d’une agriculture de cannaie nous est venue lors d’une recherche en Méditerranée orientale portant sur la toponymie. Arundo est un mot latin qui désigne le roseau ; Donax est son équivalent grec. En français, Arundo donax est appelé Canne de Provence. La dénomination de canne est un terme sémitique, que l’on retrouve aussi en Italie (canna comune, domestica, gentile ou di palude) et en Espagne (cana de Castilla et cana comun). Selon le Dictionnaire de l’ACADEMIE, le terme de cannaie, dérivé de canne au sens de roseau, désigne un lieu planté de cannes à sucre ou de roseaux, issu du XIIe siècle, canoie ; au XVIIe siècle, cannaie.
Cette première campagne d’étude, menée sur quelques uns des sites portant le nom de la canne, nous a révélé les traces de formes de cultures visiblement pratiquées en symbiose avec les habitats naturels de cannaies. Nous sommes intéressés par la suite aux usages agricoles et artisanaux de la canne, lesquels sont assez bien documentés dans les régions de la Provence et de la Ligurie. Nous sommes ainsi revenus l’année suivante sur les sites de Méditerranée orientale, où nous avons fini par trouver des cannaies cultivées.
Au stade actuel de cette recherche, nous avons identifié deux modes de gestion culturale des cannes :
*Le premier type, le plus répandu, consiste dans la présence de cannes dans des zones de friches, le plus souvent des fonds de vallons. La canne est dans ce cas seulement prélevée pour divers usages.
*Le second type, plus rare mais qui a du être important, constitue l’agriculture de cannaie proprement dite. Elle prend place dans les plaines littorales situées à l’embouchure des torrents ou des fleuves. La canne est ici l’élément central de l’agro-système, comme le laissent penser ses multiples usages agricoles que nous avons pu recenser.
Les sous-produits de la cannaie font l’objet du chapitre suivant, les paragraphes ci-dessous concernant exclusivement ses usages agricoles.
Claies. Une fois fendues et assemblées avec du fil de fer, les cannes permettent la confection de claies (dites canisses ou clèdes en Provence, paillasoun en Ligurie), servant notamment à protéger du soleil les cultures ou le bétail. Elles sont aussi employées pour faire sécher les tomates, divers autres fruits voire parfois des champignons. Il est nécessaire de faire sécher la canne pendant plusieurs mois avant de l'utiliser. Sa récolte se fait en trois étapes. Elles consistent dans la coupe à la serpe ou au sécateur, dans le transport entre le lieu de récolte et celui du séchage, et dans l'écorçage manuel, lequel se pratique à l’aide d’écorçoirs.
Elevage. Les jeunes pousses constituent un assez bon fourrage pour le bétail. La cannaie abrite ainsi un important cheptel, auquel elle sert aussi d’abri.
Haies. Les agriculteurs, maraîchers, éleveurs et horticulteurs se servent de la canne pour délimiter leurs champs et surtout pour les protéger contre le vent. La canne n’est pas seulement plantée pour constituer des haies vives (baragnes en Provence), mais aussi pour stabiliser les rives contre l'érosion, ou encore pour retenir le sable sur le littoral.
Tuteurs. Les tiges de la canne servent très couramment de tuteurs pour les plantes potagères, tomates, haricots grimpants. Elles sont le plus souvent assemblées à cet usage en faisceaux.
Iconographie: aurundo-cannaie
 
3. LES SOUS-PRODUITS DE LA CANNAIE
 
A côté de ses utilisations agricoles, la canne est aussi employée à un grand nombre d’usages, dont certains ont donné lieu à un artisanat important, lequel perdure pour une part de nos jours, parfois même de manière industrielle. Ces usages font appel à des savoir-faire en matière de préparation de la canne et de choix des variétés les plus appropriées.
Armes. L'usage de certaines variétés de cannes pour la fabrication de flèches remonte au moins à l'Antiquité romaine. Il fait toujours l'objet de productions artisanales.
Calames. La canne est toujours employée dans la confection de calames, à destination de la calligraphie. La largeur du bec va de 5 à à 18 mm.
Cannes à pêche. L’usage d’Arundo donax pour la confection de cannes à pêche est largement attesté jusqu'à une date récente dans l'ensemble du bassin méditerranéen.
Combustible. Du fait de sa rapidité de croissance, la canne a toujours été utilisée comme combustible. Elle est aujourd’hui l’objet d'études pour la fourniture de combustible destiné à des centrales électriques. Cette source d’énergie issue de la biomasse est en effet renouvelable et présente par ailleurs des atouts environnementaux, dont l’absorption lors du cycle de photosynthèse d’une quantité de CO2 équivalente à celle émise lors de sa combustion, des méthodes de culture respectueuses des sols, et de faibles émissions de gaz polluants lors de la combustion.
Habitat. Les cannes servent encore de nos jours d'abris sommaires et d'ombrières. Une fois fendues en deux, puis assemblées à l'aide de fil de fer et enduites de plâtre, elles servaient traditionnellement (sous le nom de canisses) à la confection des plafonds des maisons.
Momification. Les feuilles de cannes auraient servi aux Egyptiens pour les opérations de momification.
Musique. L’emploi de la canne comme instrument de musique remonte vraisemblablement à l’Antiquité, avec la confection des flutes et des claquoirs. Originaire d'Asie centrale, le ney, une flûte oblique à embouchure en roseau typique de la musique orientale, est déjà représentée sur des fresques funéraires égyptiennes au 2ème millénaire av. J.-C. Arundo donax fournit de nos jours les meilleures anches de clarinette, saxophone, basson, hautbois, biniou breton, launeddas sarde, cornemuse, bombarde ou chalumeau. La fabrication contemporaine d’anches en canne, initiée dans les années 1920 aux Etats-Unis, repose sur les cultures pratiquées en Provence, où l’on recense 3 régions de production :
– pour l'anche de clarinette (préférentiellement) et aussi de hautbois de St Raphaël à St Tropez, Le Muy, Grimaud (type "Fréjus" = entre-n½ud plus long),
– pour l'anche de hautbois (préférentiellement) et de clarinette de Cuers à Grimaud (Cogolin),
– pour l'anche de saxophone (préférentiellement) et aussi de clarinette de St Cyr sur Mer au Lavandou (type "Hyères" = tube plus large et plus épais, entre-n½ud moins long).
Pâte à papier. Du fait de sa rapidité de croissance, la canne fait l’objet d'études pour la confection de pâte à papier.
Pipes. Les adolescents fabriquaient autrefois des pipes avec les cannes de Provence, pipes qu'ils bourraient avec des feuilles d'armoise séchée.
Vannerie. Les cannes sont encore utilisées pour la fabrication d'emballages et de paniers (nommés banastes en Provence).
Iconographie: aurundo-artisanat
 
4. BIBLIOGRAPHIE
Aurundo donax : code de conduite plantes envahissantes. Link: codeplantesenvahissantes.fr
CASTELLANA R. 2014. La grande cannaie de Gallini (Naxos): reportage photographique. Link: aurundo-naxos
DANIN A., NAENNY W. 2008. Contribution to the recognition of reeds by their rhizome anatomy. In: Fl. Medit. 18: 385–392. Link: herbmedit.org/
DANIN A. 2004. Arundo (Gramineae) in the Mediterranean reconsidered. In: Willdenowia 34: 361–369. Link: http://www.bgbm.org/
DANIN A., RAUS T., SCHOLZ H. 2002. Contribution to the Flora of Greece. A new species of Arundo (Poaceae). In: Willdenowia 32: 191–194. Link : ingentaconnect
HAMMADA S., DAKKI M., IBN-TATTOU M., OUYAHYA A., FENNANE M. 2004. Analyse de la biodiversité floristique des zones humides du Maroc. Flore rare, menacée et halophile. In: Acta Botanica Malacitana 29: 43-66, Málaga, 2004. Link: biolveg.uma.es
HARDION L., VERLAQUE R., VILA B. 2016. The man and the reeds. A taxonomic tale on the genus Arundo L. (Poaceae). In: Optima Meeting, June 6-11 2016, Montpellier. Link: uploads/S1-Hardion
HARDION et alii 2014. Origin of the invasive Arundo donax (Poaceae). A trans-Asian expedition in herbaria. In: Annals of Botany 114: 455–462, 2014. Link: oxfordjournals.org
HARDION L. 2013. Evolution et systématique du genre Arundo L. (Poaceae), et conservation d’une endémique ligure. Interactions Homme/Biodiversité en Méditerranée. [Thèse] Systématique, phylogénie et taxonomie. Aix Marseille Université, 2013. Link: hal.archives-ouvertes.fr
HARDION L., VERLAQUE R., BAUMEL A., CALAMANDER M.W., VILA B. 2012. Arundo micrantha Lam. (Poaceae), the correct name for Arundo mauritanica Desf. and Arundo mediterranea Danin. In: Candollea 67 (131-135). Link: ville-ge.ch
HARDION L., VERLAQUE R., BAUMEL A., CALAMANDER M.W., JUIN M., VILA B. 2012. Revised systematics of Mediterranean Arundo (Poaceae) based on AFLP fingerprints and morphology. In: TAXON 61 (6) December 2012 1217–1226. Link: actaplantarum.org
PILU R., MANCA A., LANDONI M. 2013. Arundo donax as an energy crop. Pros and cons of the utilization of this perennial plant. In: Maydica 58-2013 (54-59). Link: maydica.org
PILU R., BUCCI A., CERINO-BADONE F., LANDONI M. 2012. Giant reed (Arundo donax L.). A weed plant or a promisin genergy crop? In: African Journal of Biotechnology Vol. 11(38), pp. 9163-9174. Link: academicjournals.org
 

 

Comments are closed.