Bioarchive

6.1 Maquis & garrigues

 
Phytosociologie. Etages de vegetation mediterraneens-alpins. Aubert 1999.La phytosociologie et le concept d'associations végétales
 
Le monde méditerranéen est un univers anthropisé depuis plusieurs millénaires. Il est marqué par des introductions incessantes de matériel végétatif et leur intégration aux ressources autochtones. La phytosociologie est la science des groupements de végétaux (qu'elle dénomme syn-taxons). Cette approche cherche à définir des associations végétales, se composant d’espèces caractéristiques et d’autres espèces qualifiées de compagnes. Elle permet ainsi d’appréhender l’impact anthropique exercé sur les éco-systèmes. Le concept d’étage bioclimatique, qui associe la répartition des espèces à la géographie et plus particulièrement à l’altitude, est un concept majeur en matière de phytosociologie méditerranéenne. L’étage met en effet en relation une végétation type (et sa flore et faune associées), avec une situation géographique déterminée (vallon, versant, plaine, etc.) et les variables climatiques qui lui correspondent (température, précipitation, etc.). Ces éco (et agro)-systèmes présentent de nos jours une importante biodiversité. Ils sont aussi dépositaires de savoir-faire traditionnels dont l’intérêt dépasse leur seule dimension patrimoniale. La gestion des associations végétales typiques du monde méditerranéen fait actuellement l’objet d’études menées dans le cadre du Jardin Expérimental italien de Bordighera, qui est le dernier jardin de palmiers de cette palmeraie médiévale. Au-delà de la conservation de ce jardin historique, l’objet des expérimentations en cours vise à élaborer un modèle de gestion durable susceptible d’extrapolation en direction de l’ensemble du site, ainsi que d’autres palmeraies concernées par la désaffection des cultures traditionnelles.
 

Quels sont les étages de végétation du pourtour méditerranéen ?
Abstract
Le pourtour de la méditerranée dans son ensemble est caractérisé par un phénomène rare sur la planète, à savoir l’association d’une saison chaude sèche, et d’une saison froide humide.
*L’étage bioclimatique est nommé «thermo-méditerranéen» lorsqu'on constate l'alternance de deux saisons contrastées très marquées (hiver frais et très pluvieux pendant 4-5 mois et été chaud et très sec pendant plus de 6 mois). C'est le cas du Maghreb, du Proche-Orient et de la Grèce.
*L’étage bioclimatique est nommé «méso-méditerranéen» lorsque l'alternance des saisons se fait par l'intermédiaire du printemps et de l'automne, qui peuvent être alors plus pluvieux que l'hiver et qui donne un caractère méditerranéen moins accusé. Les rivages nord de la Méditerranée appartiennent à cette catégorie, au moins pour l'Espagne, la France, et l'Italie.
*Lorsque le froid hivernal est la règle, et à plus forte raison si l’été est plus tempéré, on bascule dans l’étage «supra-méditerranéen», qui fait souvent transition en altitude ou en latitude avec les étages non méditerranéens (de haute montagne ou de l’Europe médiane). C’est notamment le cas de la Haute-Provence.
Lire l’article : http://www.ofme.org/
 
JULVE Philippe. La phytosociologie synusiale et hiérarchisée
In: CATMINAT 1998. Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France.
Abstract
CATMINAT ("Catalogue des Milieux Naturels") est un programme permanent de recherches personnelles se fixant pour objectif la description des milieux naturels de la France métropolitaine et de ses marges, dans une optique phytosociologique synusiale et hiérarchisée. Le programme se compose de trois éléments : 1) Un catalogue descriptif des unités phytosociologiques; 2) Une base de données floristiques (baseflor) répertoriant plus de 6000 taxons de la flore vasculaire française; 3) Une base de données végétation (baseveg) comprenant les synonymes, de toutes les unités phytosociologiques (des classes aux associations) se rencontrant en France.Lire l'article : http://philippe.julve.pagesperso-orange.fr/
 

Chamaerops Portofino ItalyL’oleo-Keratonion
Illustration: exemplaire autochtone de Chamaerops humilis et maquis méditerranéen (Portofino-Italy)
L’association végétale caractérisée par l’olivier (olea) et le caroubier (ceratonion) est typique du pourtour méditerranéen. Sa limite septentrionale se trouve sur la Côte d’Azur française et la Riviera italienne, alors que la culture de l'olivier s'étend bien au-delà de ces régions. La répartition d’une association végétale ne correspond pas en effet à celle des espèces qui la composent. Parmi la grande variété d'espèces qui participent de la riche bio-diversité de ces éco-systèmes, on trouve le palmier endémique méditerranéen Chamaerops humilis.
 
1. Biodiversité
L’association végétale de l’oleo-ceratonion présente des paysages caractéristiques, toujours verts, fleuris et parfumés, et dont les tonalités changent au fil des saisons. Elle se compose en effet d’une grande diversité de plantes dont: Ampelos desmos, Arisarum vulgare, Artemisia arborescens, Asparagus acutifolius, Asphodelus microcarpus, Brachypodium spp, Ceratonia siliqua, Chamaerops humilis, Calycotome villosa, Cistus albidus, Cistus incanus, Cistus monspeliensis, Cistus salvifolius, Clematis spp., Cyclamen repandum, Crataegus monogyna, Euphorbia dendroides, Ferula communis, Helichrysum italicum, Juniperus phoenicea, Laurus nobilis, Lavandula stoechas, Lavatera olbia, Myrtus communis, Nerium oleander, Olea europaea var. Sylvestris, Pistacia lentiscus, Pistacia terebinthus, Prasium majus, Rhamnus alaternus, Ranunculus spp., Rosmarinus officinalis, Ruscus aculeatus, Scilla spp., Smilax aspera, Urginea maritima, etc.
 
Lire l'article: Les forêts sclérophylles méditerranéennes. Forêts à Olea et Ceratonia. Museum National d'Histoire Naturelle. Link: http://inpn.mnhn.fr/
Abstract. La version EUR 15-1999 9320 PAL du Manuel d'interprétation des habitats de l’Union européenne décrit dans les termes suivants l’association végétale des forêts à Olea et Ceratonia caractéristique du pourtour méditerranéen (et aussi des îles Canaries):
*CLASS 45.1: Bois thermoméditerranéens ou thermocanariens. Dominés par les formes arborescentes d’Olea europaea ssp. sylvestris, Ceratonia siliqua, Pistacia lentiscus, Myrtus communis ou, aux Canaries, par Olea europaea ssp. cerasiformis et Pistacia atlantica. 45.11 – Bois d’oléastre. Formations dominées par Olea europaea ssp. sylvestris. Les formations climaciques, avec Ceratonia siliqua et Pistacia lentiscus, se trouvent dans le flanc nord du Djebel Ichkeul enTunisie du nord. Ailleurs, les communautés qui ressemblent le plus aux forêts d’oléastre se trouvent en Andalousie méridionale (Tamo communis-Oleetum sylvestris : éteint ?), à Minorque (Prasio majoris-Oleetum sylvestris), en Sardaigne, en Sicile, en Calabre, en Crète. 45.12 – Bois de caroubier. Formations dominées par Ceratonia siliqua, souvent accompagné par Olea europaea ssp. sylvestris et Pistacia lentiscus. Les exemples les mieux développés, certains vraiment forestiers, se trouvent en Tunisie, dans les versants du Djebel où elles constituent des faciès des bois d’oléastre, dominées par le caroubier, à Majorque (Cneoro tricocci Ceratonietum siliquae), en Sardaigne orientale, en Sicile sud-orientale, dans les Pouilles, en Crète.
Iconographie : les plantes caractéristiques de l’Oleo-Ceratonion siliquae (photographies et description d’après Wikipedia ). Link: oleo-keratonion

2. Description
Ces groupements végétaux se rencontrent sous une forme encore relativement préservée entre Nice et Vintimille, sur les pentes des montagnes littorales. Ils existent aussi, dans des stades plus ou moins dégradés sur l’ensemble du littoral franco-italien entre Frejus et Albenga. La strate arbustive supérieure est dominée par l’Oléastre, le Caroubier et parfois par des exemplaires élevés de Lentisque. La strate arbustive inférieure se compose de nombreux arbustes constituant des fourrés mêlés de lianes. La strate herbacée est généralement réduite. Le palmier nain, Chamaerops humilis, est typique de ce genre d’habitats. Il était encore signalé dans ces régions, à l’état sauvage, au 19ème siècle. Plusieurs stations de Chamaerops existent toujours à l'Est et à l'Ouest de la région (en Ligurie et dans le Var).
Lire l'article: PELLEGRINO Giorgio. Catalogazione botanica completa e aggiornata di fiori e piante delle Alpi Marittime. Link: http://www.floramarittime.it/
Abstract. La région des Alpes maritimes présente une riche biodiversité due aux interactions entre le relief et la proximité de la mer. Elle a fait l'objet d'inventaires détaillés au tournant des 19° et 20° siècles, avec la constitution de plusieurs herbiers. Cette biodiversité est de nos jours partiellement protégée, suite à la création de plusieurs Parcs Naturels. La zone littorale est toutefois menacée par l'urbanisation et le tourisme.
 
3. Bibliographie
Les herbiers en Provence
DURAND Muriel 2011. Inventaire des Herbiers publics et privés de la région Provence Alpes Côte d’Azur. Museum d'Histoire Naturelle d'Aix en Provence. 101p.
L'herbier Burnat. Les collections botaniques de Emile Burnat sont déposées aux Conservatoire & Jardin Botaniques de Genève. Elles comprennent un herbier des Alpes maritimes rassemblé par Burnat de 1871 à 1920 et l'Herbier des Alpes maritimes formé à Antibes, par Thuret & Bornet entre 1858 et 1875. BURDET Hervé M. 2006. Les collections botaniques Emile BURNAT. Conservatoire & Jardin Botaniques de la Ville de Genève, 19p. Link: http://www.ville-ge.ch/
L’herbier Risso. EMIG C. C. 2012. Antoine Risso. Sommaire de ce dossier: Biographie, Bibliographie, Généalogie, Le Scientifique, Villa Risso, L'Homme. Link : http://paleopolis.rediris.es/
Les herbiers en Ligurie
L'herbier Bicknell. Pasteur anglican, botaniste et archéologue, Clarence Bicknell est l’auteur d’études approfondies de la flore locale. Son herbier se compose de 11226 pièces, qui correspondent à 2044 espèces récoltées dans la région des Alpes Maritimes. Il est conservé dans sa bibliothèque de Bordighera, gérée par l'Istituto Internazionale di studi Liguri.

 

Comments are closed.