7.2 Cultures d’entreprises

La notion de culture d’entreprise est souvent considérée en sociologie comme une réponse aux mutations économiques contemporaines. Elle apporte en effet aux organisations un avantage concurrentiel, en leur permettant de se différencier de leurs concurrents, tout en développant auprès des salariés un sentiment d’appartenance, gage de cohésion et de motivation. Il faut pour cela que s’établisse dans l’entreprise un consensus relatif à son histoire, ses valeurs, ses rites et ses symboles. On a vu récemment émerger dans ce domaine ce que l’on nomme les retours d’expériences et les bonnes pratiques, souvent issues du dialogue entre les organisations patronales et syndicales et de la régulation exercée par les pouvoirs publics. La sociologie du travail s’attache plus particulièrement au contexte dans lequel se construisent ces identités collectives, et notamment à l’impact de l'appartenance à une organisation sur le vécu et les représentations de ses acteurs.

PUBLICATIONS 

CASTELLANA R., 2006. "Tourisme, ressources et développement, au travers de l'exemple de la Côte d'Azur et de la palmeraie de Bordighera". [Texte révisé de la communication présentée lors du 1° Congreso Internacional Oasis y Turismo Sostenible, « La cultura del’oasis », Elche, Espagne, décembre 2006]. Abstract. Cette communication met en parallèle trois régions où le tourisme moderne a vu le jour. Elle vise à comprendre les modalités qui ont donné naissance à une culture d’entreprise devenue universelle. Avec l’essor de la villégiature, ces régions ont connu un destin commun mais des développements inégaux, faisant suite à leur appartenance à des pays différents. On s’est plus particulièrement attaché ici à une étude comparative du modèle urbanistique de la villégiature et à son impact sur le développement du secteur. Notre approche repose sur une typologie fonctionnelle, mettant en compétition tourisme, industrie et agriculture dans l’emploi des ressources, naturelles et humaines. De ce point de vue, les infrastructures requises par la villégiature climatique et par ses agréments se caractérisent avant tout par l’ampleur des aménagements mis en œuvre. Lien 

ARTICLE A VENIR

CASTELLANA R., 2019. Riviera française & italienne : similitudes et différences. Une histoire comparative des rivieras française et ligure. Journées d’études internationales 16 et 17 octobre 2019 Nice et Bordighera  (publication en cours). Abstract. Sur la Côte d’Azur, deux siècles d’histoire du tourisme donnent  suffisamment de recul pour évaluer l’impact des infrastructures élaborées à cette époque sur le développement de l’ensemble du secteur. Ce colloque, dont nous sommes les coorganisateurs, aborde plus particulièrement les origines de l’hôtellerie de palaces et de ses métiers, allant des installations balnéaires et sportives des  hôtels  et  palaces,  en  passant  par  les  villas  et  leurs  jardins,  les  églises  et  les cimetières, les casinos et les clubs, ainsi que les promenades et les avenues qui desservent les nouveaux quartiers, sans oublier les innombrables commerces qui voient alors le jour. Par son ampleur, cet urbanisme de station révolutionne en quelques décennies l’économie locale et impose une culture d’entreprise devenue bien plus largement répandue.