Bioarchive

Fragrances 1: terroirs

LA RIVIERA ITALIENNE & LA PARFUMERIE GRASSOISE. Avec l'invention de la distillation des huiles essentielles, la parfumerie dépendra désormais de la production de grandes quantités de matières premières. Il faut en effet généralement plusieurs centaines de kilos de matière première pour produire quelques litres d’essence aromatique. Les agrumes jouèrent un grand rôle de ce point de vue, du fait de la forte concentration d’huiles essentielles qui les caractérisent. Les parfumeurs grassois allaient par ailleurs chercher à diversifier les cultures de plantes aromatiques en utilisant les ressources du terroir et surtout en introduisant au fil des siècles de nombreuses variétés botaniques.
Ill. L’orangeraie azuréenne (Carte extraite de l’ouvrage de Roseline Ferrando : Coulanes)
+ (More) L’industrie grassoise s’appuya originellement sur les plantes autochtones et les premières introductions de plantes étrangères, notamment celle des agrumes. De par sa proximité géographique, la Riviera italienne est étroitement liée de ce point de vue à l’histoire de la parfumerie grassoise. Son apport est cependant demeuré marginal et largement méconnu. Il faudra attendre l’essor du tourisme, au tournant du 20° siècle, pour que la parfumerie italienne prenne son envol, dans le contexte chaotique du fascisme de l’entre guerre. A cette époque, l’industrie grassoise innove une révolution due aux développements de la chimie. Elle avait été précédée par l’invention d’une nouvelle technique d’extraction, l’enfleurage à froid, un procédé permettant d’extraire grâce à des graisses les parfums particulièrement délicats des fleurs. Là encore, la Riviera italienne joua un rôle essentiel par sa contribution aux développements contemporains de la floriculture. Source : http://www.listephoenix.com/wp-content/uploads/2012/01/CASTELLANA-JAMA-2012-Etnobotanique-Floriculture-et-parfumerie.pdf
*COULANES. C’est l’âme de toute une région – celle de Grasse, Vallauris et Golfe-Juan – qui nous est dévoilée dans ce merveilleux ouvrage. A travers les mots et les aquarelles, Roseline Ferrando Vieille a su y exprimer avec poésie le chant de notre terroir. Elle nous invite à partager dans le détail les techniques élaborées des cultures et cueillettes des plantes à parfums, de leur transformation en huiles essentielles et absolues, ainsi que les trajets menant de la terre des collines à la céramique… Au travers de vivants et chaleureux témoignages, nous sont livrés le savoir-faire et les traditions locales du sud de la France. « Coulanes » retrace ainsi la mémoire de la société Albert Vieille, de la vie de cette famille et de son lien étroit avec les odeurs sur plusieurs générations: albertvieille.com/…/146-coulanes

Comments are closed.