Bioarchive

4.2 Frontières & migrations

L’Histoire ne s’écrit pas seulement dans les livres. Elle s’inscrit aussi dans les lieux, les objets et les hommes, ou encore dans l’art, qui la transcende. Présentée à Cannes en 2007, cette exposition se proposait d’illustrer les difficultés du métier d’historien, autour de la présentation de recherches inédites portant sur la question juive sur la Côte d’Azur pendant la seconde guerre mondiale. Tombée dans l’oubli et la mauvaise conscience, l’histoire de cette période tourmentée remonte à la promulgation, par le régime fasciste de Mussolini, des lois raciales qui conduisirent à l’expulsion vers la France des Juifs réfugiés en Italie. On y découvre des fragments de vies brisées, des espoirs volés et toutes ces petites lâchetés et solidarités quotidiennes qui participent à l’écriture de l’Histoire. La fragilité de ces témoignages n’est pas sans poser bien des questions, et notamment celle de la validité des interprétations qui prétendent fonder la mémoire. Elles nous interrogent aussi sur l’actualité des migrations dans ces mêmes régions et sur la pérennité des frontières dont elles semblent attester.
 
ARTICLES (A VENIR)
 
Ombre di confine. L’émigration clandestine des Juifs étrangers de la Riviera des Fleurs vers la Côte d’Azur. L’histoire tragique de l’exode des Juifs sur la Côte d’Azur au cours de la Seconde Guerre Mondiale, a été étudiée par Klaus Voigt et Alberto Cavaglion. Elle a aussi donné lieu au roman très documenté de JMG Le Clézio, «Etoile Errante». Ces ouvrages laissaient toutefois dans l’ombre les conditions ayant conduit ces milliers d’exilés, venus de toute l’Europe, à chercher refuge sur la Côte d’Azur. Les recherches de Paolo Veziano ont récemment comblé cette lacune. Au delà d’une documentation inédite, elles nous interrogent sur la tradition d’immigration clandestine qui subsiste dans ces régions ainsi que sur les développements actuels de la xénophobie qui accompagnent cette amnésie collective.

Comments are closed.